Poster un message

En réponse à :
Vicky et Paul

dimanche 9 avril 2006 par Thierry

En réponse à :

Vicky et Paul

samedi 20 juillet 2013
Les flibustiers continuèrent leur vie de pillage et de meurtre jusque vers 1666, époque à laquelle un gentilhomme angevin, Bertrand d’Ogeron, entreprit d’utiliser ces courages farouches pour la colonisation casque bose de Saint-Domingue. La tâche était difficile. Il s’agissait de donner des goûts sédentaires à des esprits actifs et aventureux, d’assujettir aux lois des pirates habitués à n’en écouter aucune, d’élever dans le respect du monopole de la compagnie des Indes-Occidentales un peuple d’écumeurs de mer, ne connaissant plus depuis long-temps aucune idée de propriété. Le sage administateur réussit en partie ; il rit venir des femmes, et créa pour ces forbans le lien de la famille ; il attira des cultivateurs et les attacha au sol par les résultats de la culture ; il distribua des primes d’argent, affecta des priviléges au travail, évita de blesser des caractères irritables, de contrarier trop brusquement des habitudes prises. Ces mesures ne furent pas trompées par les résultats : à la mort d’Ogeron, la colonisation était avancée.La prospérité de Saint-Domingue alla toujours croissante. En 1789, elle était la plus riche colonie française. Alors on vit éclater ces casque audio bose terribles haines des blancs, des créoles et des nègres, dont le résultat définitif fut le massacre presque général des blancs et l’affranchissement des noirs. La France essaya vainement, en 1802, de reconquérir l’île : l’expédiiion du général Leclerc n’eut que de funestes résultats. Depuis cette époque jusqu’en 1822, Saint-Domingue se trouva divisé en trois parties : l’une gouvernée par un empereur, l’autre par un président, la troisième appartenant aux Espagnols. Cette île fut le théâtre de guerres entre les chefs qui se disputaient le pouvoir. Enfin, en 1820, Boyer, président de la république comprenant toute la partie française, réussit à s’emparer de la partie espagnole, et réunit sous sa domination l’île entière.L’Espagne a donc vu successivement toutes ses colonies lui échapper. Actuellement il ne lui reste plus que l’île de Cuba. Les revenus qu’elle en tire sont encore considérables : en 1833, ils se casque beats sont élevés à plus de quatre millions. L’histoire de cette île n’offre aucune particularité remarquable. Nous avons dit ailleurs comment se sont formés les principaux établissemens ; nous nous contenterons de faire observer que Cuba, une des premières conquêtes des Espagnols, est la dernière partie du Nouveau-Monde où leur puissance soit reconnue.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Copyright Tjos 2005-2007